Filtre produits
Avec/sans filtres

Je suis à la recherche de

Meilleures marques

Caractéristiques

Normes européennes

Prix:
jusqu'à €

Catégorie
BettersafeDBI SalaMiller

Longe de maintien

Longe de maintien

Idéale pour réaliser des travaux en hauteur en toute sécurité, les mains libres. La longe est installée autour d’une structure puis connectée aux D latéraux situés sur la ceinture du harnais de l’opérateur.

Les longes de maintien au poste de travail sont un composant du système d'arrêt des chutes servant à relier une ceinture à un point d’ancrage. Elles peuvent être utilisées comme système de retenue, dans ce cas de figure elles limitent le déplacement de l’utilisateur.

Elles sont équipées d’un système de réglage qui permet d’ajuster la longueur de la longe pour favoriser un bon maintien de l’opérateur à sont poste de travail. Elles ne peuvent pas être utilisées seules comme un antichute. La longe peut être en corde ou en drisse ou en drisse armée d’un câble métallique.

produits
  •  1 
Sort:  
141
Miller Longe de maintien au travail TITAN 1,8m
Ligne de positionnement Miller, toujours pratique d'avoir avec vous!
49,00 Hors TVA


Ajouter au panier
1521
Miller Longe de maintien de 2m avec tendeur de longe à mâchoire
Cette longe est idéale pour travailler en hauteur en ayant les mains libres
76,00 Hors TVA


Ajouter au panier

Comment choisir sa longe antichute ?

Les longes de sécurité

Une longe de sécurité est un organe de liaison entre l’utilisateur et la structure sur laquelle il travaille ou évolue. Elle doit permettre à l’utilisateur de travailler en toute sécurité, tout en occasionnant le minimum de gêne. Un EPI (équipement de protection individuelle) gênant ou contraignant est un EPI non porté. La longe de sécurité peut avoir plusieurs fonctions suivant son contexte d’utilisation. Il existe, suivant les normes, des longes de maintien au travail et des longes antichute.  C’est la principale donnée qui doit vous servir au choix d’une longe adaptée.

La longe de maintien

Elle ne comporte pas d’absorbeur d’énergie et est régie par les normes EN 354 et/ou EN 358. Elle permet d’éviter à l’utilisateur d’évoluer dans une zone où il y a un risque de chute et/ou de se positionner à son poste de travail. Pour un positionnement sur le poste de travail, le système soit comporter un système d’arrêt des chutes comme un coulisseau antichute par exemple. On ne parle pas dans ces cas-là d’antichute, car la chute est arrêtée instantanément et la force de choc développée est minime. La force de choc est la quantité d’énergie développée pendant la chute, diffusée au moment de l’impact et transmise au corps humain. Cette force de choc doit être compensée par un absorbeur d’énergie, sous peine de désordre grave au niveau du corps de l’utilisateur. Ce type de longe est également utilisé, par exemple, pour des utilisateurs de nacelle. Dans ce cas-là, le risque identifié est ce que l’on appelle l’effet de bras, ce qui peut provoquer une « éjection  » de l’utilisateur, hors du panier sécurisé de la nacelle, lors des manœuvres effectuées avec la nacelle. Le bras de la nacelle peut donner des à-coups faisant rebondir l’utilisateur dans le panier, voire hors du panier.

La longe antichute

Elle est régie par la norme EN 355. Elle est utilisée si les conditions de sécurité pour l’utilisation d’une longe de maintien ne sont pas respectées. L’utilisateur peut alors réellement chuter et la présence de l’absorbeur permettra de contrer la force choc et d’éviter à l’utilisateur de subir des dommages dus à la chute. La force de choc tolérée par le corps humain  est de 600 daN (deca newton), soit environ 600 kg, elle peut provoquer  des lésions mineures (contusions, hématomes…). Entre 600 et 1200 daN, le corps subit des lésions majeures (entorses, luxations, fractures, déchirures musculaires…). Au-delà cela peut entrainer des séquelles mortelles à l’utilisateur.  Cette force de choc est directement liée à la vitesse de l’utilisateur lors de l’arrêt de la chute. La valeur de la force augmente de manière exponentielle avec l’augmentation de la vitesse.  Il est donc très important de bien maitriser le facteur de chute et de bien sélectionner les EPI avec une taille adaptée.

Dans ces deux grandes familles de longes, il existe ensuite des longes doubles, des longes élastiques, des longes d’élagage, des longes dynamiques, longes de retenue, des longes réglables, longes sangles ou drisses, avec connecteurs (mousquetons) imperdables ou non, cossées ou non. Tous ces types de longes sont régis par les mêmes normes, mais sont plus ou moins adaptées à votre activité.

Comment déterminer le tirant d’air dont j’ai besoin ?

Choisir la longueur de longe : Une longe mesure au maximum 2m de long. Si le tirant d’air est faible, prenez une longe plus petite. Prenez également en compte l’élongation de l’absorbeur d’énergie. Choisir le type de liaison : Pour des travaux de grande hauteur, vous avez le choix entre différents systèmes de liaison. 

  • Le tirant d’air = Longueur de la longe + déploiement de l’absorbeur d’énergie + taille de   l’utilisateur du point d’attache du harnais aux pieds +  marge de sécurité.
  • Le tirant d’air < la distance entre le point d’ancrage et le sol ou l’obstacle le plus proche

Le tirant d’air est la distance nécessaire entre les pieds de l’utilisateur et le sol, afin d’éviter de heurter le sol en cas de chute. Connaître le tirant d’air est important pour deux raisons : Par contre, pour des travaux de faible hauteur, optez plutôt pour un enrouleur à rappel automatique ou une corde/un câble avec une antichute mobile. Ces liaisons arrêtent une chute presque immédiatement alors qu’en utilisant une longe, il faut tenir compte de l’élongation de l’absorbeur.